Fiesta Campera - samedi 17 juillet 2010 - Après midi

5ème Fiesta Campera…

Julien Miletto et les novillos de F. André, dominent !!! 

Bouillargues samedi 17 juillet 2010… Après-midi…

Ganaderia François André

par Didier Jacquet

« La seis de la tarde » !!! Au soleil, qui lui ne connait pas les changements d’horaires, il est 16 heures… il fait encore très chaud et les places à l’ombre, sont prisées…

Après la bonne becerrada de la matinée, l’évènement s’annonçait un peu plus sérieux…

Deux musiciens « flamenco » auprès du « palco », Présidé par Denis Calvié, 1er Adjoint à la Municipalité de Bouillargues, suppléaient tambours et clarines ; le paséo était lancé…

Toutes les photos de l'après-midi... cliquez sur l'image ci-dessous !!!

Julien Miletto face au magnifique toro
de la ganaderia François André

Julien Milleto

Pour débuter cette fin d’après-midi, Julien Miletto, matador, combattait un magnifique toro de la ganaderia François André ; un trapio imposant, et une charge exemplaire aux deux rencontres avec la pique, dans tous les tercios, cet exemplaire afficha une grande noblesse ; Julien, concentré et déterminé, nous offrit une faena de grande qualité, avec beaucoup de temple et de maîtrise ; une entière et un descabello foudroyant conclurent son combat… Son sourire en disait long lorsqu’il reçu des mains de Thierry Allez, Président de la Peña Taurina « La Embestida » les 2 oreilles accordées par la présidence.

Mathieu Guillon

Mathieu Guillon

Ce fut ensuite au tour de Mathieu Guillon combattre un novillo « piqué » ; magnifique dans sa robe noire et blanche, le novillo afficha une violence déterminée, et posa quelques problèmes à la cape ; après trois rencontres sérieuses avec la cavalerie, il n’en perdit pas pour autant ses moyens ; devant la muleta, et prenant souvent le pas sur son adversaire, le novillo compliqua fortement la tâche de Mathieu ; le Landais nous offrit tout de même un petite série, conclue par deux pinchazos et une demie épée efficace.

Furent ensuite combattus 3 novillos non piqués, déterminant pour l’attribution du Trophée « La Embestida » au meilleur novillero.

Alfredo Bernabeu

Alfredo Bernabeu

Alfredo Bernabeu, venu de Murcia, nous fit une belle démonstration à la cape, mais on a entr’aperçu quelques réserves juste avant la pose des banderilles ; venant avec une bonne charge dans la muleta, le novillo pris peu à peu l’ascendant sur le jeune murcian en lui cédant trop de terrain ; malgré les difficultés posées par son adversaire, Alfredo tira quelques séries de bonne qualité. Trois pinchazos et une demie lame mirent fin au combat.

Sofianito

Sofianito

Sofianito, de l’école taurine de Béziers, vainqueur de la tienta de la veille, tout de noir vêtu, fut bref à la cape ; également banderillero, après deux paires bien posées, peut-être trop près de la talanquera, l’accrochage fut inévitable… plus de peur que de mal, mais la moitié du costume fut emportée par la corne gauche du novillo… la jambe droite du pantalon pétassée telle une momie, c’est avec la rage de vaincre qu’il s’avança muleta en main ; servant quelques derechazos bien dessinés, la main gauche resta très souvent au repos ; volontaire et une envie de bien faire perturbée par la difficulté du novillo, un punchazo et une entière très efficace conclurent cette faena. La présidence accorda une oreille.

Mateo Julian

Mateo Julian

C’est à Mateo Julian, qui doublait dans cette journée, que revenait la mission de conclure cette après-midi ; posant moins de problèmes que les précédents, le dernier novillo n’en avait pas moins de caste ; si à la cape Mateo fut très à l’aise et nous donna un aperçu de son répertoire, à la muleta, non sans avoir démérité et malgré une petite série, c’est le strict minimum qui nous fut servi. Trois épées dont une entière n’évitèrent pas le descabello.

La qualité du bétail présenté par le ganadero François André fut irréprochable ; d’ailleurs, le public, une fois encore peu nombreux malheureusement, ne s’y est pas trompé et tous les toros furent fortement applaudis à leur départ de la « plazza ».

A noter que le Trophée « La Embestida », devant récompenser le meilleur novillero des « non piqués », n'a pas été attribué !!!

 

C’est à la bodega du Parc Municipal que la soirée s’acheva par vino, tapas y sevillana et qui mirent ainsi fin à cette 5ème Fiesta Campera.

Hasta luego !!!

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau