Fiesta Campera - Becerrada du samedi matin17 juillet 2010

5ème Fiesta Campera…

Bonne becerrada matinale !!!

Bouillargues samedi 17 juillet 2010… Matin…

Ganaderias JF Turquay, F André, Jalabert et Tardieu

par Didier Jacquet

Pour la première fois de son histoire, les arènes « André Dupuis », ouvraient leurs portes à la tauromachie espagnole avec pas moins de 9 toros en lidia complète…

En effet, l’Association des Fêtes de Bouillargues en collaboration avec les Aficionados Practicos et la Peña Taurina « La Embestida », avaient mis sur pied un spectacle complet et certainement pas des plus simples à réaliser… de la tienta du vendredi soir, de laquelle le jeune « Sofianito » sortit vainqueur, en passant par la becerrada avec et sans mise à mort du samedi matin, pour se terminer par une après midi où un toro et un novillo piqués, ainsi que trois novillos non piqués, furent mis à mort, on peut dire que pratiquement toutes les étapes de la tauromachie espagnole furent offerts au public aficionado !!!

Toutes les photos de la becerrada... cliquez sur l'image ci-dessous !!!

"Clementito" face à un becerro de JF Turquay

Clementito

Samedi matin, dès 11 heures, en attendant l’arrivée de la cavalerie pour l’arrastre, coincée dans un embouteillage, c’est le jeune « Clementito » de l’école des Aficionados Practicos, qui combattit sans mise à mort et avec beaucoup de talent, un becerro de la ganaderia J.F. Turquay ; avec lui, 3 autres jeunes élèves prirent tour à tour la muleta devant cet exemplaire de qualité, qui leur donna quelques soucis…

La cavalerie enfin arrivée, place aux plus confirmés avec en première partie « Encuentro de Practicos ».

Emmanuel Durand face à un becerro de JF Turquay

Emmanuel Durand

Emmanuel Durant, face à un très bon becerro de la ganaderia J.F. Turquay, nous offrit une faena de qualité avec élégance et duende ; deux épées, dont une quelque peu décalée mais efficace conclurent cette première fena. 2 oreilles accordées par la Présidence.

Jean-Loup Aillet face à un becerro de F André

Jean-Loup Aillet

Ce fut ensuite au tour du local de l’étape, Jean-Loup Aillet ; avec la volonté et la hargne qu’on lui connait, face à un becerro un peu compliqué de la ganaderia F. André, Jean-Loup connut quelques difficultés dans son début de faena ; mais ça ne dura qu’un court instant ; se reprenant bien par la suite, et pourtant bousculé, il nous offrit une fois encore une immense faena, passant par tous les registres de la tauromachie ; une épée bien placée et profonde, fut radicale pour le becerro, qui s’effondra immédiatement. 2 oreilles accordées par la Présidence avec un tour d’honneur fortement applaudi.

On passait ensuite à la deuxième partie, « Opération coup de pouce aux jeunes ».

Mateo Julian face à un becerro de Jalabert

Mateo Julian

Le becerro colorado de la ganaderia Jalabert, proposé à Mateo Julian, qui brinda son toro à Hervé Galtier et tous les practicos, sortit corne droite pendante, soit disant cassée au débarquement… ce becerro, qui semblait avoir une bonne charge, fut quelque peu handicapé et gêné, je pense, par ce piton remuant… Mateo fit avec et nous offrit une bonne faena, conclue de deux épées, dont la deuxième fut d’une efficacité immédiate. 2 oreilles accordées par la Présidence.

Dorian Dejean face à un becerro de Tardieu

Dorian Dejean

Pour conclure la matinée, Dorian Dejean, de Béziers, fut opposé à un magnifique becerro de la ganaderia Tardieu ; une charge violente et poussant loin à la cape, après la pose des banderilles, il perdit quelque peu de sa violence à la muleta où il tomba à trois reprises ; Dorian a donné de l’air à son becerro, et sa faena fut plus qu’honorable, conclue par une épée magistrale et foudroyante à son deuxième essai. 2 oreilles accordées par la Présidence.

Comme la veille à la tienta, le public ne se bousculait pas sur les gradins de la « plaza » bouillarguaise ; il est vraiment dommage que les aficionados délaissent ce genre de manifestations, organisées par des bénévoles qui s’investissent avec beaucoup de passion et d’énergie… de plus, le spectacle à la qualité indéniable, auquel assistent les « vrais » aficionados, n’en aurait que plus de valeur s’il était moins délaissé… D'autant plus que l'entrée était gratuite...Mais il est vrai qu’à Bouillargues, comme dans d’autres petites arènes d’ailleurs, où sont proposés ce genre de spectacle, il n’y a ni stars ni caméras de télévision !!!

En attendant la rencontre de l’après-midi à 18 heures, c’est sous les ombrages du Parc Municipal de Bouillargues, autour de l’apéro et d’un succulent toro à la broche, que tout le « mundillo » se retrouva… Quel bonheur de retrouver un peu de fraîcheur !!!

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau