Dimanche 1er août 2010 - Despedide de Forest de la manade de L'Argentière

« Forest »

Manade de L’Argentière

par Didier Jacquet

Dimanche 1er août 2010… une journée de fête votive totalement consacrée aux traditions Provençales et Camarguaises… Après le défilé des Arlésiennes et Gardians, la Messe en Lango Nostro et la Roussataïo, rendez-vous était donné l’après-midi au traditionnel concours de manades comptant pour le 26ème Trophée « Souvenir André Batte »

Offerte par la Municipalité, et du fait de son entrée gratuite, les gradins de nos nouvelles arènes enregistraient un plein complet !!!

Le Club Taurin « La Cleda », organisateur de cette course avait invité 6 manades, parmi lesquelles la manade de L’Argentière, qui présentait le taureau « Aragon ».

"Forest" le jour de sa despedide à Bouillargues

Forest de la manade de L'Argentière

Quelques mois auparavant, lors d’une course d’entraînement de l’école taurine, l’ami Robert Ruiz, sympathique et pétillant « pélo » de la manade de L’Argentière, nous proposa de mener « Forest » lors de cette course, en présentation pour l’année de sa despedide… un immense honneur pour nos arènes, et une attention particulière du manadier pour le club taurin « La Cleda », lorsqu’on sait que ce grand cocardier a fait ses débuts à Bouillargues avec l’Ecole Taurine !!!

"Forest" le jour de sa despedide à Bouillargues
Forest de la manade de L'Argentière

Après le 3ème taureau de l’après-midi, sous l’ovation du nombreux public et aux airs de Carmen, « Forest » foula pour la dernière fois de sa carrière la piste des arènes de Bouillargues…

Pour l’occasion, Olivier Pince, notre écrivain local, passionné et grand connaisseur de la course Camarguaise, retraça la carrière de « Forest », dont vous trouverez le texte ci-après, qui fut lu au micro par Bernard Mati, Président de la course :

« Né il y a quatorze ans dans les prés du « Petit Chemin d’Espeyran » à Saint-Gilles, c’est sur le tard que Forest commence à se faire connaître en gagnant le prix du meilleur taureau, lors de la finale de l’école de raseteurs de Vendargues… il est déjà âgé de huit ans !

L’année suivante, le 24 septembre 2005, il remporte ici même, dans nos arènes, le prix du meilleur taureau de la finale de notre école de raseteurs, après une prestation particulièrement spectaculaire.

Ça y est ! Cette fois, sa carrière est lancée…

En 2006, il gagne le prix Hippolyte Biesse à Bellegarde. Et c’est à partir de ce moment-là que va s’ouvrir, pour lui, les portes des grandes compétitions.

Le 24 juin 2007, il acquiert sa plus belle récompense en décrochant  le prix du meilleur taureau, lors de la course du trophée Souvenir Olivier Arnaud dans les arènes du Grau-du-Roi. Il confirme ainsi sa réputation de cocardier fantasque, imprévisible et dangereux, après avoir notamment blessé le tourneur Patrick Siméon en allant le chercher derrière un burladero.

Par la suite, en 2008 et 2009, il participe à la plupart des grandes compétions dans des arènes comme celles de Mauguio, Palavas, le Grau-du-Roi, Arles ou bien encore Lunel.

Mais l’âge poursuivant sa course folle, ses qualités généreuses et brillantes s’émoussent peu à peu. Et c’est dans ces conditions que son propriétaire a décidé d’arrêter sa carrière, au cœur même de l’un des « ruedos » qui l’a vu débuter…

Au-delà de son très honorable parcours durant toutes ces années, l’exemple de Forest peut être aussi considéré comme un symbole, celui de cette relation de confiance qui règne entre les clubs taurins et tous ces manadiers que l’on continue encore, ici et là, de qualifier de façon si injuste et péjorative de… « petits » !!!

Le cocardier à qui nous rendons hommage aujourd’hui prouve bien, s’il en était encore besoin, qu’à force d’un travail long et acharné, doublé d’une « fe » inébranlable, ces éleveurs sont tous autant en mesure de connaître le bonheur de voir un jour émerger un ou plusieurs taureaux de renom, pouvant jusqu’à rivaliser avec les têtes d’affiche actuelles. »

Après avoir parcouru la piste, attentif aux mouvements dans la contre-piste et après avoir essuyé un semblant de raset d’Olivier Ruiz sur lequel il démontra qu’il avait encore toutes ses facultés, c’est sous des applaudissements très fournis, toujours sur l’air de Carmen et avec beaucoup d’émotion que nous vîmes pour la dernière fois « Forest » réintégrer le toril !!!

"Forest" dans les prés d'Espeyran

Forest dans les prés

Encore quelques courses au programme de sa saison 2010, et « Forest » regagnera définitivement les près du « Petit Chemin d’Espeyran » pour y vivre une retraite bien méritée…

Mais comme par un concours de circonstances, le jour même où « Forest » faisait ses adieux à la piste bouillarguaise, on assistait peut-être à la naissance d’un de ses successeurs… en effet, « Aragon », N° 321, vainqueur de la finale de l’Ecole Taurine le 26 septembre 2009, remportait le 26ème Trophée « Souvenir André Batte » !!!

"Aragon" vainqueur du 26ème Trophée
"Souvenir André Batte"

Aragon de la manade de L'Argentière

Heureux, Robert Ruiz, ne cachait pas son bonheur d’être doublement honoré lors d’une même course !!!

Robert Ruiz a reçu le 26ème Trophée "Souvenir André Batte".
Une belle Arlésienne à ses côtés, dont il est autant
passionné que des taureaux !!!

Robert Ruiz et une charmante Arlésienne

Souhaitons à « Aragon » de vivre une aussi longue et belle carrière que celle de son aîné !!!

A ben leù !

******************************

Le dimanche suivant, Robert Ruiz invita les responsables de l’Ecole Taurine à une petite matinée sympathique au cœur de sa manade…
Quelques photos de cette sortie très amicale et conviviale…

Cliquez-ici…

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau