Pernes les Fontaines samedi 28 avril 2012 - Manades Agu et Le Rhône

 Vent de folie… 

par Olivier Pince

Pernes les Fontaines samedi 28 avril 2012

Manades Le Rhône et Agu

Quel plaisir de se retrouver dans ce village magnifique, au riche patrimoine historique et culturel. L’accueil des organisateurs est toujours aussi chaleureux. Les nombreux touristes sillonnant la région qui s’arrêtèrent et s’assirent dans les gradins de ces arènes ovales, purent observer qu’il existe quelques « fadas » venant défier la sauvagerie du taureau de Camargue… Et, pire, qu’il existe des écoles qui forment à ça… En effet, nous sommes là à l’extrémité nord-est des manifestations de nos traditions camarguaises.

Photos de la course par Rudy Servellera...
Cliquez sur l'image ci-dessous !!!
Pernes les Fontaines samedi 28 avril 2012

Allez, rentrons, si vous le voulez bien, dans le vif du sujet. Comme à leur habitude, nos amis manadiers du Rhône ont mené un bétail déjà aguerri aux rouages du jeu avec les hommes, mais également quelques novices en la matière. Gérard Agu nous présenta des taureaux globalement plus jeunes, mais non dénués de qualités ; bien au contraire. Je n’ai pas pu noter les numéros des taureaux. Et oui, que voulez-vous, on ne peut pas être à la fois au four et au moulin…

Un mot sur les conditions climatiques… un vent infernal s’est invité au programme des réjouissances. Les élèves partaient parfois au raset les yeux mi-clos à cause de la poussière tournoyant tout le long de l’après-midi. Jamais nous avons connu ça, en bientôt dix ans que nous venons en ces terres.

Or, force a été de constater que cela n’a pas – ou si peu – influé sur la motivation des élèves à prouver de quel bois ils se chauffent. Avec Claude, nous avons su apprécier leur solidité mentale face aux épreuves.

Elle nous a d’ailleurs sauté aux yeux dès l’entame de la course, avec en présence le premier taureau de la course de la manade du Rhône, âgé de six ans… attaque de Gaël Benoît, le taureau l’anticipe fortement, l’enferme et l’envoie s’écraser en contre-piste ; heureusement sans mal.

En d’autres circonstances, cela aurait largement refroidi leur ardeur, faisant sombrer la course dans une profonde monotonie ; alors qu’ici, pas du tout. C’est même tout le contraire qui s’est produit. Ils redoublèrent de courage et de détermination. Le taureau, doté d’un bon pas latéral et vif chaque fois qu’on le cite, a dû essuyer la « foudre » des élèves qui lui ont fait faire un grand nombre de séries, raccompagné aux bois.

Quel début ! Il a fallu par la suite canaliser parfois l’énergie des élèves car les taureaux qui suivirent, bien que très intéressants, n’ont toutefois pas eu le dynamisme et l’expérience du premier.

La seconde partie fut menée sur un rythme plus calme. Les rasets furent plus espacés, notamment sur un taureau d’Agu qui a dû réintégrer le toril avant de ressortir à nouveau après s’être désemboulé, à force de faire voler continuellement les planches. Beaucoup de qualités chez ce taureau, enfermant très vite le raseteur à la sortie du raset. J’ai en mémoire une grosse poursuite derrière le jeune Kévan Martial sur toute la longueur de la piste.

Entrons à présent plus en détail sur la prestation de chacun de nos jeunes élèves…

Chez les droitiers…

Kévan Martial mène la danse des droitiers par ses rasets de classe. Il sait de mieux en mieux s’engager dans le terrain des taureaux avec élégance et facilité.

Rémi Almuneau, irrégulier, doit cesser d’avorter autant de rasets pour prendre davantage confiance en lui. Il a su toutefois être efficace.

Florent Julien, volontaire, participa au mieux de ses capacités.

Gaël Benoît est un jeune homme en pleine progression. Il prouve course après course qu’il a beaucoup de cran et un vrai sens du raset.

Florian Hébrard, très discret, a distillé quelques bons rasets. Il doit regagner confiance, se ressaisir mentalement pour qu’il remette clairement en valeur ses réelles qualités.

Cédric Navarro, garçon au fort tempérament, peut tout raseter à condition qu’il s’en donne les moyens. Il deviendra un leader s’il ose attaquer les taureaux plutôt que d’attendre voir ses camarades de piste le faire à sa place. Il faut aussi qu’il varie plus ses rasets. Cela dit, sa prestation fut très intéressante.

Chez les gauchers…

Geoffrey Robert s’impose cette année chez les élèves gauchers. Son raset court fait sensation. Il a une qualité fondamentale qui est celle de le mener au plus tôt à la tête des taureaux tout en sachant trouver la sortie. Par conséquent, il est très peu en danger. Qu’il continue !

Rayan Bouhfour n’a pas retrouvé son fluide montfrinois du 22 avril dernier. Il est retombé dans ses travers en ne s’engageant pas suffisamment dans le terrain des taureaux. Quelques bons passages à signaler.

David Guerrero, à l’instar de Gaël Benoît à droite, progresse régulièrement. Il sait emporter le biòu dans son sillage, le menant vers le milieu de la piste et infléchir sa trajectoire pour mieux le « travailler » à l’encontre. Il s’affirme petit à petit, désormais, avec des taureaux plus sérieux.

Salah Rmiyeche, tout nouveau venu à l’école cette année, est, on peut s’en douter, encore très « vert » dans sa manière de raseter ; or, il parvient assez souvent à aller à la tête des taureaux, mais pas dans des conditions, disons, sereine. Il a encore tout à apprendre ; ce qui est bien normal car il en est au tout début de son apprentissage.

Voilà, comme je vous le disais, un bel après-midi. Pourvu que ça dure…

A bientôt.

Commentaires (2)

1. chico 03/05/2012

très bonne courses .les élèves en voulait et spécialement Geoffrey robert qui nous a fait régaler, il a été très applaudit par le public qui en redemandait. le commentaire et très juste. Continuez les jeunes il faut s'accrocher.

2. Robert Geoffrey 01/05/2012

Grosse course a Pernes avec l'équipe très bon taureaux !
Merci pour les commentaires :)

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau