Vallée d'Aoste - Bataille des Reines

  A chacun sa « tauromachie » !!!

par Didier Jacquet

Dans la Vallée d’Aoste, il n’y a pas que de beaux cochons et le fameux jambon… il y a aussi les vaches, de belles vaches, que l’on appelle majestueusement, les « Reines » !!!

Un dimanche d'octobre…

La vue d'ensemble est impressionnante en entrant dans l'arène – ce n’est pas une erreur – « Croix-Noire » d'Aoste.

Une foule se presse enthousiaste sur les gradins, dans l'attente nerveuse d'assister à l'évènement. Le motif de cet enthousiasme est la finale de la Bataille de Reines, un spectacle qui, depuis presque un demi-siècle, anime les dimanches valdôtains.

Et comme on dit chez nous, « y a du costaud » et « ça boulègue » !!!

Cliquez sur l'image pour visualiser les photos...

Une reine Gignod

La manifestation joue sur l'instinct belliqueux naturel de certaines races alpines, comme la Valdôtaine Pie Noire et Châtaigne, l'Alpine Hérens originaire du Valais ainsi que la Gignod, qui en se battant, déterminent la hiérarchie dans le troupeau.

La Bataille est devenue, au fil des ans, un moment de défi mais c’est aussi une grande fête qui se transmet de générations en générations (une sorte de fête votive…). Il s'agit d'une manifestation qui, avec ses milliers de spectateurs, est devenue, au fil du temps, une des plus importantes du Val d'Aoste.

Chaque dimanche, à partir de la fin du mois de mars, avec une pause en juin et juillet pour la montée des troupeaux dans les alpages, les reines de la Vallée s'affrontent dans les arènes – quelques fois précaires – aménagées dans les différents villages de la région.

Même pendant ces phases préliminaires, la participation est garantie, l'esprit de compétition est bien présent, et les animaux ne courent aucun danger.

 Une courte vidéo significative...

En général, 150 vaches concourent pour le titre, et sont subdivisées en trois catégories de poids.

Les quatre premières qui arrivent en tête dans chacune des trois catégories, se qualifient pour la finale régionale qui élira de la « Reine »… Un couronnement des plus prisés !!!

Un « Biòu d’Or » au féminin, en quelque sorte…

A chacun sa « tauromachie »…

A ben leù !!!

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau