Courses à Poulx du 12 juillet et aux Paluds de Noves du 14 juillet 2008

 A Poulx… trombes d’eau… Aux Paluds… tempête de sable !!!

Pour ce long week-end du 14 juillet, la météo n’était guère « vacancière »… les « juilletistes » n’ont pas de bol… le sable des bords de la Méditerranée doit craquer sous les dents !!!

A Poulx, même s’il n’y a pas la mer, il ne maquait pas d’eau… je ne sais pas si les terres poulxoises sont d’une grande fertilité, mais ce qui est sûr, c’est que la « Graine de Raseteurs » du samedi 12 juillet fut bien arrosée !!!

"Poulx sur Eau"... nouvelle appellation du village !!!

Deux petits taureaux - pas si petits que ça - et puis s’en vont !!!

Dans des arènes portatives et sur un petit plan sympathiquement improvisé à l’occasion de la fête votive locale, la ville de Poulx, avec la collaboration de la FFCC, et la présence de notre ami Gérard Barbeyrac, et Nîmes Métropole, proposait donc une « Graine de Raseteurs ».

Le jeunes bouillarguais à la Capelado

Les manades Raynaud et Vinuesa avaient donné rendez-vous aux jeunes raseteurs bouillarguais…

Avant que le ciel ne nous tombat sur la tête, un taureau de chacun des deux élevages, laissa aux élèves un brin de regret de ne pas avoir pu aller au terme de cette course…

Jérôme Jarroux et le N° 223 de la mande Vinuesa

Le N° 223 de Vinuesa, brave à souhait, répondit à toutes les sollicitations, finissant quelques séries cornes pointées au dessus de la planche ; le N° 445 de Raynaud, hargneux et méchant, sautant et revenant de la contre piste, fit un peu le vide autour de lui ; mais c’était sans compter sur la volonté des « poulains » de Claude Dumas, qui prirent le « taureau par les cornes » - jeu de mots facile - et surent mener sérieusement le combat.

Un joli raset de Romain Donadille sur le N° 223 de la manade Vinuesa

Côté élèves, on notera le bon retour de Jérôme Jarroux et de Benoît Giner, le volontarisme sans faille de Jérôme Martin, la finesse et la limpidité des rasets d’Hafid Boufrouh, l’envie de Maxime Carrasco - mais oui -, le mordant de Romain Donadille et de Pierrot Serroul, les idées « plus claires » de Rémi Grongnet, et la petite réserve de Rudy Marquis.

Le N° 445 de la manade Raynaud sur Pierrot Serroul

Mais bon… sur deux taureaux seulement, peut-on préjuger de ce qu’aurait été la suite… dommage… mais on ne saura jamais !!!

Ce qu’on sait, c’est que le retour aux vestiaires fut des plus arrosé… et frais… mais pas « à rosé frais » !!!

************************************************

Comme chaque année, pour  la Fête Nationale du 14 juillet, c’est sur la piste des arènes des Paluds de Noves que les élèves de l’Ecole Taurine font le défilé…

Cette année encore, le Club Taurin local a mis les petits plats dans les grands pour recevoir toute l’équipe bouillarguaise dans les meilleures conditions et de façon fort sympathique…

Tout était réuni pour faire de cette journée une jolie fête… la petite place, où les tables attendaient les convives pour un succulent « Aïoli » le midi… les magnifiques petites arènes, où les platanes ancestraux trônent entre barricades et gradins… et pour clôturer cette belle journée, un « Feu d’artifice des Lautier », comme l’a écrit « Midi-Libre »… si le Mistral, intrus du jour froid et violent, n’avait pas pointé le bout de son nez, les cigales et le soleil de Provence auraient donné une note plus estivale à ce rendez-vous !!!

Mais en prélude à ces manifestations festives, le matin à 10 heures 30, les jeunes bouillarguais affrontaient les taureaux de la manade Didelot, dont le « bayle gardian », notre ami Benjamin Bini, alias « Benben », qui rasetait l’après-midi, a une attache particulière pour ce charmant petit village provençal.

Les six taureaux présentés, firent une très bonne prestation, et furent d’une bravoure sans faille ; seul le 5ème, le « bleu » de la troupe, s’esquiva souvent, allant même jusqu’à passer entre les tubes aux seules fins de s’enfuir … mais sur sa fin de course, quelque peu calmé, il répondit à une bonne série qui lui valurent les honneurs de Carmen à son retour au toril… S’il m’est permis d’en retenir une paire, j’opterais pour le 1er (N° 401), qui donna un ton élevé aux débats, se livrant franchement et très fort, faisant preuve d’une méchanceté à ne surtout pas s’embroncher devant lui (4 Carmen + retour)… le 3ème (N° 081), ne refusa rien ; venant très fort à la planche, il passa souvent la corne au dessus ; il accepta la « bourre » sans rechigner, mais sut s’en sortir en changeant de terrain à plusieurs reprises (3 Carmen + retour)… tous les autres serait à citer, et en particulier le 6ème (N° 218), qui avait les gauchers à l’œil… on notera, bien évidemment, qu’ils entendirent tous Carmen pendant leur course et à leur retour au toril.

Le « Onze » de l’équipe  « www.ctlacledabouillargues.com », fut en parfaite harmonie avec le « Six » de l’équipe des « Noirs »…

Une fois n’est pas coutume, le salinois, Florian Coulomb, invité ou imposé – humour – nous a encore démontré son énorme volonté et cette facilité à s’imposer face à tous ses adversaires… et un coup de crochet dévastateur... on a entendu dire qu’il se dopait au sel de Camargue… un contrôle s’impose au plus tôt !!!

Florian Coulomb... plus bouillarguais que salinois !!!

Avec lui, Jérôme Martin, et Jérôme Jarroux qui retrouvait réellement la piste après une brève incursion à Poulx, ne faillirent pas à leur réputation ; si le « Martin » déroule ses rasets comme Candeloro dessine des doubles axels sur la glace, le « Jarroux », après un mois d’interruption, su démontrer qu’il n’avait perdu ni la passion ni la technique… il dut bien évidemment lever quelque peu le pied de l’accélérateur, reprise oblige…

Jérôme Martin et le taureau... un pas de deux !!!

Jérôme Jarroux et le taureau... une belle anticipation !!!

Hafid Boufrouh, baptisé « Boufroux » pour l’occasion, donna toujours dans sa finesse habituelle ; sa discrétion naturelle, donne parfois l’impression qu’il n’est pas là… et pourtant… plus constant que lors des dernières courses, il assura de bout en bout…

Hafid Boufrouh... tout en finesse...

Pour Rémi Grongnet, qui a vu « son ciel » s’éclaircir le samedi à Poulx, pourtant bien sombre en réalité ce jour-là, le Mistral soufflant en Provence, a pratiquement chassé tous les nuages qui flottaient au dessus de ses esprits… nous avons presque retrouvé le Rémi pétillant et appliqué du début de saison ; s’impliquant vraiment dans la course, poussant même quelques « Hé, hé, hé » de sollicitation – il en a toute une gamme – il leva légèrement le pied en fin de course… mais « René », oui, lui aussi rebaptisé, est sur la bonne voie…

Pierrot Serroul, dont on connaît toutes les qualités, est resté un peu sur la réserve… le travail de la terre est n’est pas de tout repos… des adducteurs toujours défaillants... mais Pierrot nous gratifia tout de même de quelques bonnes séries, et s’impliqua plus sérieusement au dernier taureau.

Mathieu Laurent fut assez intermittent ; toutefois, il s’exprima pleinement au 3ème, notamment dans une série de 7 reprises que le taureau accepta sans rien lâcher, et au 6ème, sur lequel il se livra plus franchement.

Pour Jérôme Harmann, la tâche semblait un peu compliquée ; il fut assez entreprenant au 1er, sur lequel il servit quelques rasets appliqués ; sur deux départs quelque peu hasardeux au 3ème, il fut serré de très près, ce qui peut-être le déstabilisa mentalement… de plus, un choc au pied l’handicapa certainement… mais on le sait, Jérôme ne s’avoue jamais vaincu !!!

Rudy Marquis et Romain Donadille, qui avaient pris un bon départ, un peu grincheux pour « Saucisson » durant le voyage, furent contraints et forcés à abandonner le combat ; pour Romain, une douleur à l’épaule au 1er, et pour Rudy, un coup à la cheville au 2ème… mais bon, il n’y a pas péril en la demeure… Ah, ces jeunes… le moindre « bobo », et c’est foutu !!!

Et enfin, comme dans tous les spectacles, la « star », c’est pour la fin… et oui, notre « Caco » national, était dans un jour « mi figue, mi raisin »… un coup je te vois, un coup je te vois pas… mais il est resté... Maxime Carrasco est un gentil garçon plein de qualités… ne nous le prouva-t-il pas à Rodilhan le 5 juillet… mais quand il se met dans la tête que les taureaux présents ne sont pas pour lui, c’est terminé… et oui, c’est ça « Caco »… mais bon, on s’y fait !!!

Mais dans l’ensemble, tous les élèves, avec leurs qualités respectives, ont su démontrer en terre de Provence, qu’en Languedoc il y avait aussi de la « Graine de Raseteurs » !!!

**********************************************

Une luminosité éteinte à Poulx... tempête de sable, soleil et ombre très contrastés aux Paluds...
mille excuses pour la qualité de certaines photos !!!

Cliquez ici pour visualiser toutes les photos... Poulx et les Paluds

 

 

 

 

Commentaires (2)

1. Pince Olivier 16/07/2008

Comme d'habitude, nous avons passé une belle journée dans cette terre provençale devenu un véritable pélerinnage chaque 14 juillet. Elle fut bien entamé par cette course de Didelot, brave mais intéressante. Les élèves ont pu exprimer leurs qualités respective. Caco rasète peu ... mais reste. C'est déjà pas mal ! Hafid est toujours très élégant. Dommage qu'il ait ses moments d'absences. Jarroux rasète avec son application habituelle. Un peu court physiquement. Normal après un mois sans courir. çava revenir. Rémi G. odit progresser techiquement. Malgré ses moments d'hésitation, il a su être constant. Et Jérôme M. toujours aussi impressionant de finesse et de fluidité. C'était presque trop facile pour lui. Pierrot devrait s'acheter de nouveau adducteurs pour le revoir à 100%. Flotian C. aide bien les gauchers avec le talent qu'on lui connaît. Bravo aussi aux autres malgré les blessures ...
Bravo à tous ...

2. Pince Olivier 16/07/2008

N'étant pu être présent à Poulx, je ne regrette pas grand chose, donc.
En tout cas, je constate tout de même que cela inspire notre webmaster préféré pour un petit florilège de jeu de mots très très taurin ... !!!

Vu les gabarits des taureaux de Vinuésa et Raynaud, les élèves ont dû avoir leur "Poulx" s'accélérer
Désolé ... Je ne recommencerai plus

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau