Billet d'humeur... The Sabri Show !!!

 « The Sabri Show »

par Olivier Pince

Oui je sais, nous ne sommes pas au mois d’octobre… Oui je sais, nous n’avons pas encore passé le cap de la mi-saison.

Pourtant, chez les raseteurs, depuis le début de ces années 2000, les saisons se suivent et se ressemblent étrangement.

« Vivement qu’il s’arrête » doivent se dire ses détracteurs. Pourtant, d’une certaine façon, j’ai l’impression que ses supporters pourraient penser la même chose. Evidemment pas pour les mêmes raisons. Ce serait plutôt histoire qu’il en laisse, enfin pour les autres…

Durant l’intersaison, sur le Midi-Libre, Sabri Allouani a bien dit qu’il mettrait un terme à sa phénoménale carrière à l’issue de cette saison 2009. Info ? Intox ? Or, pour le compétiteur qu’il est, cela deviendrait sans nul doute discutable s’il devait s’arrêter bredouille…Oui, bredouille.

Bredouille de cette dernière ambition qui le rendrait alors indétrônable, même si ça fait déjà belle lurette qu’il n’a plus rien à prouver. Qu’importe, il veut être le seul… Oui, le seul et l’unique, le rêve de tout compétiteur…

Il veut être celui qui aura dépassé Patrick Castro. Vous me direz que chaque époque a connu sa vedette, ou sa « star » comme il est plus commun de qualifier les hommes de sa trempe aujourd’hui (société du spectacle oblige…), et que la Course Camarguaise actuelle est incomparable avec celle qu’elle était, il y a ne serait-ce que vingt ans en arrière… Et encore je suis large.

En attendant, depuis l’institution du Trophée Taurin (1952), ce dernier récompense le meilleur raseteur de la saison. C’est-à-dire celui qui, pendant sept mois que dure la « temporada », entre mars et octobre, aura levé le plus d’attributs, dont les coefficients de points de chacun ont plus ou moins évolué au cour du temps.

Et pour Sabri Allouani, en cette année 2009, plus rien d’autre ne compte.

Eh oui, c’est comme ça… n’en déplaise à celles et ceux qui, même n’ayant pas forcément tort, voudrait voir la dimension artistique du raset entrer en ligne de compte pour avoir à juger celui qui serait le leader des hommes en blanc.

Que voulez-vous, il y a toujours eu quelque chose à prendre sur les cornes des taureaux. Quelque chose de palpable (argent) ou symbolique (points). C’est la raison d’être du raset depuis la nuit des temps. Au nom de quoi devrait-on faire évoluer cela ?

Au football, comment détermine-t-on la valeur d’un grand avant-centre si ce n’est d’abord par le nombre de buts qu’il inscrit… Et ce n’est pas l’instauration de ce coup d’épée dans l’eau que sont ces Mastersou coupe de France ou Ligue des Champions ou je ne sais quoi d’autres, qui changeront grand chose à l’affaire.

Que ce soit la Cocarde d’Or arlésienne, qui se joue sur une seule course, ou la Palme d’Or, qui comprend trois ou quatre journée, rien ne peut remplacer la valeur d’un raseteur sur l’ensemble d’une saison - ce qui est le principe du Trophée Taurin - car cela marque sa régularité course après course, année après année.  

Et puis, au-delà des souvenirs partagés qu’ont connus les afeciounas avec lui en piste, quand les décades s’égrèneront dans le temps, il restera… un palmarès. Ça aussi, Sabri Allouani le sait.

Depuis environ deux ans, il cumule désormais plusieurs casquettes. En effet, il est devenu aussi organisateur de courses, et notamment à Nîmes où je me suis rendu le dimanche 24 mai dernier, assister à la première journée du Trophée Jean Lafont, deuxième du nom.

Bien que ce nouveau statut fasse grincer quelques dents, c’est en tout cas en partie de cette manière qu’il peut construire son triomphe ultime… et unique.

Une fois de plus, nos instances dirigeantes ne parviennent toujours pas à endiguer ce mal incurable dont souffre notre Course Camarguaise depuis maintenant un bon nombre d’années, à savoir… le trop grand nombre de courses. Et particulièrement au Trophée des As…

Effectivement, lors de cette même journée, deux autres courses furent organisées (Sommières et Istres). Courses auxquelles étaient engagés tous ses concurrents directs pour le Trophée des As, Villard, Auzolle, Moutet, Gleize, Four, etc…

Bilan… Seulement sept raseteurs étaient présents lors de la Capélado. Sept !!!… à Nîmes !!! Puis six après les sérieuses « cornadas » qu’a infligé Andalou, de la manade Espelly-Blanc, à Gaëtan Martinez.

Sept proches - voire amis pour certains - de l’As des As. Des raseteurs qui, avec évidemment le respect éternel que je dois à chacun, avaient un niveau largement inférieur au sien.

Autant dire que Sabri Allouani, plus que jamais le « patron » dans tous les esprits, s’est livré à un véritable « one man show », jouant de sa connaissance immense et précieuse des taureaux, de son expérience et de sa technique réglée au cordeau.

Car en effet, soyons clair… On ne peut pas dire qu’il ait pris des risques inconsidérés pour aller lever tous ces attributs durant l’après-midi… il a fait presque trente points au total !. Il a souvent encouragé les autres raseteurs à passer, même à blanc, quand les taureaux se tenaient pour effectuer les reprises, sauf sur Michou, de la manade les Baumelles, où il a pris nettement les devants.

Profiterait-il du système comme on dit ? Eh alors… Est-ce un crime ? Que lui reste-t-il à prouver à part… euh… rien ?

Il veut juste se donner tous les moyens dont il dispose pour accrocher sa neuvième et dernière étoile sur son tee-shirt… Un dernier petit tour et puis… S’en ira-t-il ?

Sûrement…

Courage mesdames et messieurs ses détracteurs ! Normalement, si tout va bien pour lui, il devrait bientôt partir.

Avant de pensez très fort « Bon débarra ! », n’oubliez quand même de lui dire…merci !

Non ?

A bientôt…

Commentaires (2)

1. GUILLOIS 17/11/2010

J'étais à LUNEL ce samedi 13 novembre 2010

nous avons vécu une immense joie et tristesse à la fois.

Tristesse de le voir partir.

Joie de l'avoir touché avec cette journée de générosité, d'amitié...

LA BOHEME.

2. Sami 04/06/2009

De plus, je rajouterais que s'il organise ce trophée Jean Lafont aujourd'hui, c'est que Simon Casas le lui a demandé, de même qu'à Palavas, et les taureaux qu'il sélectionne pour ces courses ne sont pas évidents.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau