Beaucaire Finale de la Palme d'Or 2010 !!!

Palme « dort » !!!

par Olivier Pince

Je n’osais croire que ce constat était aussi alarmant qu’on ne le dit.

Je n’osais croire que ce spectacle unique au monde, fleuron de notre passion et de notre identité, était en train de sombrer dans une sorte de démonstration purement parodique d’elle-même.

Quelle tristesse mes aïeux !

C’est la deuxième fois de l’année que je vais voir une course aux As. La première était déjà à Beaucaire pour la finale du Muguet d’Or, où j’avais déjà failli m’endormir !

Cela dit, il ne manquait pas de public dans les gradins en ce jour de finale de Palme d’Or. Comme l’année dernière à la même période, c’était plein, contrairement aux précédentes journées, qui ont vu une baisse nette et significative du nombre d’entrée.

Vous m’en direz tant…

Et puis, comme je le pense depuis longtemps, la qualité du spectacle se voit dès la Capelado. Dix hommes ! Pas un de plus, dont deux raseteurs du groupe 2, Eric Beaujard et Fabien Grammatico, et un tout nouveau promu aux As, Nicolas Violet. D’ailleurs, il faut donner un grand coup de chapeau à ce dernier qui a été présent de bout en bout, travaillant sans relâche…. Lui !

Au fait, où étaient-ils les autres ? Il y a plus de vingt-cinq raseteurs au trophée des As, pourtant ? Bizarre…

Leur a-t-on demandé de venir ?

Ont-ils seulement voulu ?

La finale de la Palme d’Or serait-elle alors devenue une course comme une autre ?

Il faut croire…

Certains voudront peut-être que je fasse un bref résumé de la course… Bon d’accord, je me lance…

Mais autant vous dire que ce ne sera pas difficile car cela ne tient qu’en un seul mot : SOPORIFIQUE !!! ou NUL !!! ou CALAMITEUX !!! ou DESASTREUX !!! ou LETHARGIQUE !!!... Mais celui qui convient le mieux serait sûrement SCANDALEUX !!!

Ce fut l’incarnation du vide intégral… Aucun rythme, aucune envie… J’ai eu l’impression qu’on a dû menacer les hommes en blanc ce jour-là pour qu’il vienne raseter, vue l’enthousiasme qu’ils ont montré. Par exemple, sur le taureau « Rio » de la manade Jacques Bon, dont on aurait dit qu’il avait avalé des centaines de kilos de granulés de somnifères avant la course, n’a-t-il pas rentré… un gland !!! En temps… euh… normal - je ne sais plus à quoi me raccrocher, du coup - son temps de course global se serait limité probablement à huit minutes à tout casser. Et encore… 

J’étais venu aussi voir un de mes cocardiers favoris, « Andalou » de la manade Blanc-Espelly, élu meilleur taureau de la Palme d’Or. Vu comme il a été bousculé lors de sa prestation, autant vous dire qu’il pourrait ressortir dans deux jours aisément sans que cela n’influe sur son comportement.

Résumé de sa course… six ou sept rasets consentis à l’arrêt devant le toril, signé Nicolas Violet… C’est tout !!!

A gauche, aucun des raseteurs n’a su lui toucher la tête, passant à des kilomètres de son terrain. Alors que s’il y a un taureau qu’il faut charger, c’est bien lui. Et je n’ai jamais vu ce taureau « venir » à gauche tête aux planches au départ du raset. Pourtant, ils n’ont qu’essayé de le prendre dans cette position…

A droite, Alexandre Gleize et Benjamin Villard avaient l’air tellement fasciné par le travail de Violet… qu’ils l’ont laissé faire entièrement ! Villard, lauréat de la Palme d’Or 2010, ne fut pas un grand vainqueur, loin s’en faut, littéralement absent quand la difficulté s’est présentée et glanant ses points sur les taureaux les plus abordables. Autant dire qu’à l’heure actuelle, il s’agit des trois quarts des cocardiers… De plus, en trois journées avant la finale, il était à 45 points, laissant son dauphin, Bastien Four à 15 points derrière lui !!! Je crois qu’à son époque, en deux journées, Christian Chomel devait en faire 50, grippé et avec une jambe dans le plâtre… excusez ma plaisanterie mais elle est à la mesure de ma profonde déception !!!

Je me souviens qu’en revenant de l’entracte, en entrant à nouveau dans les arènes, j’avais croisé le président Henri Itier, dépité, désabusé, hagard, discutant avec quelqu’un et ne cessant de répéter « Je ne sais plus ce qu’il faut faire !!! »

Pourtant, il y a vingt ans, les membres de la Fédération de l’époque, on crut savoir quoi faire en imposant la limitation des raseteurs en piste. Comme s’il y avait besoin de cela…. Vingt ans après, c’est ce règlement majeur qui est justement en train de connaître… ses limites.

Je ne reviendrai pas là-dessus car j’en ai parlé plusieurs fois lors de précédents « Billets d’Humeur ». Mais en même temps, je me demande si cette majorité du public, qui ne cesse de louer les grandes heures de la course libre d’avant, serait prête à revoir douze, quinze ou même vingt hommes en piste, qu’elle soit grande, moyenne ou petite, d’ailleurs ?… Et les manadiers ?

N’y aurait-il pas un peu d’hypocrisie dans l’air ?

A ben lèu !!!

Commentaires (3)

1. Pince Olivier 30/07/2010

Prescillia F.,... ce billet aurait presque tendance à m'étonner moi-même étant donné que dans mon fort intérieur, j'ai toujours été pour ainsi dire, pro-razeteurs - ce que je suis encore largement quoi qu'il en soit - Mais au plus profond de moi, je ne peux cautionner le fait que l'on puisse s'em... autant en allant voir une course de taureaux. Il n'y a eu aucune compétition, aucune envie de se battre. Et ce qui me déçoit d'autant plus, c'est qu'un garçon comme Villard est plus que capable de dominer tous les taureaux que l'on peut voir actuellement... notamment Andalou. Et comme tu le dis d'ailleurs si bien, des garçons comme Boris Sanchis, Romain Gros, Nicolas Violet ou Sofiane Rassir, nous montrent qu'ils ont envie de raseter et de prouver à l'ensemble de l'aficion camarguaise que l'on pourra compter sur eux, entre autre, dans les années à venir.
Sinon, globalement, quel est le constat ? Après l'arrêt d'Allouani, qui a pris réellement la relève ? Villard ? Auzolle ? Four ? Bénafitou ?... Personne !!! Hélas, mille fois hélas !!! Je veux bien qu'un garçon comme Villard soit diminuer physiquement en ce moment, certes, mais est-ce que les choses auraient vraiment été si différentes autrement? Un, voire deux rasets vraiment consentis sur "Andalou" aurait suffit à me dire que : oui, ce garçon est capable de raseter tous les taureaux actuels. Car je ne l'ai pas vu boiter sur les autres taureaux de cette triste course, qui n'étaient vraiment pas difficiles à raseter... tu en conviendras , j'espère, Prescillia.
Si actuellement, nous commençont à nous contenter de si peu, c'est la course camarguaise en général qui implosera d'elle-même !!! Et j'ose espérer que c'est ce que personne ne souhaite... Ils gagneraient trop d'argents les razetreurs ? FAUX !!! ARCHI-FAUX !!! Les razeteurs en gagné plus avant... l'argent reste toujours le bouc-émissaire idéal... Seulement, et ce n'est une fois de plus que mon avis, jadis les hommes en blanc razetaient en groupe - plus ou moins important - ils se fichaient royalement de savoir qui allait finir 1er : A toi, à moi, à toi, à moi,... A la fin de la course la recette était partagée. Et chacun avait gagné sa journée au bout du compte. Aujourd'hui, la course camarguaise est vérouillée !!! Le système actuel ne fait qu'individualiser les rapports entre les razeteurs. Et beaucoup, il est vrai, en ont pris le vice... L'évolution de la course camarguaise n'a fait que suivre son époque, finalement. Ce qui est en bonne partie la réalité des choses. (aujourd'hui, c'est la crise, non ?) Mais vous aurez , beaucoup de mal à m'enlever de l'idée que le déclin véritable à commencer dès lors qu'on a commencé à dire qu'on ne voulait pas plus de x hommes en piste.

2. Prescillia.F 29/07/2010

Je suis étonnée de voir que l'on peux dire que le trophée n'était pas tellement mérité.. Comment peut-on dire cela ? Si il arrive en tête du classement, & largement devant, je ne vois pas pourquoi cela ne serais pas un grand vainqueur. Pour la dernière course, Benjamin ne sait peut être pas donner à fond, mais on ne peux pas dire qu’il était inexistant, malgrè cette blessure à la cheville qui revient continuellement. Je pense que même sur une course comme celle là, il arrive à satisfaire son public et on le remercie. Quant à Nicolas, sa troisième place est largement méritée, nous avons pu voir de très beaux rasets lundi, les plus beaux sur Andalou, le meilleur animateur de la journée. Peut être trop habituée à ne pas voir de grandes courses cette année, je ne trouve pas celle-ci scandaleuse. Je ne prendrais pas la défense de tous les raseteurs, mais certains devait être présent, malheureusement blessés pas bien longtemps avant la course n’ont pas pu y participer, je pense notament à Romain Gros & Boris Sanchis, tout deux au trophée de l’avenir qui aurait certainement pu animer la course. Ce n’est que mon avis …

3. JMarc Cellier 29/07/2010

Olivier,
Un petit mot pour te dire que je partage entièrement ton point de vue !
Pour ma part, j'ai voulu voir Rodin et Mathis lors de la 1ère journée, résultat : moitié d'arênes, pas de rythme, pas de spectacle et forcément... pas d'ambiance.
Il est effectivement loin le temps où on rentrait dans les arênes 2 ou 3 heures avant pour être sûr d'avoir des places...mais le spectacle était à la hauteur !
Je pense que le fric est en train de tuer la passion comme c'est le cas dans d'autres domaines.
A bientôt.
JMarc

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau